LES MARCHES DES FIERTÉS

proxy.duckduckgo.com

Pourquoi une Marche des Fiertés ?

Cette Marche est organisée par une équipe de bénévoles de l’Inter-LGBT. De par son organisation à but non lucratif, la Marche de Paris a la particularité d’avoir conservé un aspect militant sans être devenue mercantile comme d’autres marches à travers le monde.

Depuis plus de 40 ans, la Marche des Fiertés de Paris rassemble toutes les personnes LGBT et leurs sympathisant-e-s. Elle est un prolongement des émeutes de Stonewall (New York) en 1969 et du mouvement qui s’en est suivi pour demander les mêmes droits que toutes et tous.
C’est la raison pour laquelle la Marche des Fiertés de Paris se déroule toujours à la même période (fin juin) pour commémorer celles et ceux qui sont morts pour l’égalité des droits.

Très loin de l’image médiatique caricaturale, toutes et tous, LGBT ou non, y défilent pour l’égalité des droits et pour mettre en avant la richesse de nos diversités.

Un mot d’ordre pour revendiquer

Chaque année, un mot d’ordre est choisi par les associations de l’interassociative. Il ne remet évidemment pas en cause l’ensemble des revendications de l’Inter-LGBT.
Il aborde un aspect des discriminations auxquelles les personnes LGBT ont à faire face. Sur les dernières années, il a tantôt été fait le choix d’appuyer sur des actualités « brûlantes », tantôt fait le choix de discriminations plus générales et/ou sociétales.
Ce mot d’ordre est ensuite proposé aux différents chars de la Marche de le soutenir.

En 2018, sous la proposition de la FSGL, le mot d’ordre « Les discriminations au tapis, dans le sport comme dans nos vies ! » a été adopté par l’interassociative.
L’objectif était de faire un lien entre l’état d’esprit général d’une société et l’univers sportif, visant à la fois le sport de haut niveau, le sport pour tou-te-s et le comportement des supporters.
La Coupe du Monde de football en Russie (celle de 2022 se déroulera au Qatar) a été un des éléments de préoccupation, la Russie comme le Qatar ayant des lois particulièrement violentes envers les personnes LGBT.

Quelques chiffres pour comprendre l’enjeu

N’oublions pas qu’en France, la dépénalisation de l’homosexualité ne date que de 1981 !
Ce n’est qu’en 1990 que l’homosexualité a été supprimée de la liste des maladies mentales de la classification internationale des maladies publiée par l’Organisation mondiale de la santé.

Plus de 70 pays pénalisent toujours l’homosexualité.
Dans 13 d’entre eux, elle est même passible de la peine de mort !

Et la situation sur l’identité de genre est encore plus violente pour ces personnes…